Temps de lecture : ~ 8 minutes

🧴Comprendre ce qui se cache dans la crème solaire (maison ou non), son impact environnemental et sur notre santé et les indices de protection.

🧴Les bonnes pratiques d’une exposition au soleil.

🧴La recette de la crème solaire maison, en 3 versions : texture dense, onctueuse et fondante.


☀️ Se protéger des rayons du soleil cancérigènes est indispensable ☀️ Une façon très répandue de se protéger est d’utiliser une crème solaire 🧴. Mais comment la choisir pour que sa composition ne soit pas non plus dangereuse pour nous ⚠️? Qu’en est-il de l’impact sur l’environnement 🌱de tels produits ? A quoi correspond l’indice FPS 🤨?

Dans ce dossier, je réponds à toute ces questions et je te donne aussi ma recette de crème solaire maison naturelle à la composition saine et respectueuse des écosystèmes, avec toutes mes astuces et conseils pour une utilisation optimale et une exposition au soleil en toute sécurité 💛.

Ce dossier, très complet, est dense en information. Je te prépare un résumé, il sera disponible dans la bibliothèque privée des petites bulles d’ici quelques semaines. Pour une navigation aisée dans l’article, tu peux cliquer sur la partie qui t’intéresse et y accéder directement.

👇🏻 Si tu n’es pas encore inscrite, c’est par ici👇🏻
~~~
💭Pour les membres des petites bulles, je te rappelle la clé de la bibliothèque dans chacune de mes lettres💭

Au sommaire.

1. Quels filtres UV choisir et utiliser dans sa crème solaire ?

Afin de protéger notre peau du soleil via des produits cosmétiques, nous avons le choix entre les filtres chimiques et les filtres minéraux.

Les filtres chimiques.

Les filtres chimiques agissent en pénétrant la peau et en absorbant les rayons UV. Ils sont en général issus de la pétrochimie, sont «  pointées du doigt pour leur impact sur l’environnement, leur effet allergisant et la suspicion d’être des perturbateurs endocriniens » . Ils sont pour moi à bannir ❌.

Les filtres minéraux.

Les filtres minéraux sont présent à l’état naturel, bien que la plupart présents de nos jours sur le marché sont produits industriellement. Ils agissent en formant une barrière physique à la surface de la peau bloquant les UV.

Le dioxyde de titane.

À ma connaissance, on le trouve essentiellement dans nos cosmétiques sous forme de nanoparticules et son utilisation est très controversée🤯.(Principalement par rapport à la réactivité aux rayons du soleil et la pénétration dans l’organisme).

L’oxyde de zinc.

L’oxyde de zinc est le filtre UV minéral considéré comme le plus inoffensif pour nous, même sous forme de nanoparticules. Cependant, sous forme de nanoparticules, il s’avère écotoxique. En outre, il est classifié très toxique pour les organismes aquatiques, entraînant des effets néfastes à long terme.

A lire aussi (fortement recommandé) : Oxyde de zinc : utilisations cosmétiques, nanoparticules et dangers

Les autres filtres UV naturels : les huiles végétales.

Certaines huiles végétales comme l’huile de coco, le beurre de karité ou l’huile d’olive nous offre une protection naturelle contre les UV. Cette protection est très faible, mais elle s’avère toutefois intéressante à exploiter dans nos cosmétiques maisons 🙂.

[Retour au sommaire]

Le cahier des charges COSMOS.

Depuis Janvier 2017, c’est le cahier des charges COSMOS qui est utilisé pour tout produit cosmétique vendu comme bio ou naturel.

D’après le site Cosmebio:

« Pour offrir aux consommateurs une alternative aux filtres pétrochimiques, Cosmébio ainsi que l’ensemble des membres fondateurs de COSMOS ont fait le choix d’autoriser, sous conditions, deux filtres naturels qui peuvent contenir des particules de taille nano : le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc. […] Les critères de COSMOS encadrent la présence de nanoparticules dans les produits solaires certifiés biologiques, via les restrictions ci-après. L’ingrédient doit contenir :

  • Moins de 50% en nombre de particules ayant une taille inférieure à 100 nm : soit sur 100 particules, au moins 50 doivent avoir une taille supérieure à 100nm ;
  • Moins de 10% en masse des particules ayant une taille inférieure à 100 nm : soit sur 100g d’échantillon, plus de 90g doivent être constitués de particules ayant une taille supérieure à 100nm. »

[Retour au sommaire]

Faire sa crème solaire maison, c’est possible !

Si tu souhaites alors une protection solaire cosmétique en maîtrisant parfaitement sa composition, les risques pour ta santé et l’environnement, la solution est de la faire toi-même 😉. La bonne nouvelle, c’est que c’est très simple et très économique à faire 🤩. Je te livre ma recette dans la dernière partie de l’article. Malheureusement, on ne pourra jamais totalement éliminer les risques pour ta santé et l’environnement. C’est pourquoi il est crucial d’adopter aussi des gestes et des réflexes pour se protéger du soleil sans avoir recours en permanence à la crème solaire comme seule solution 😎

Photo by Mohamed Nashah on UnsplashP

[Retour au sommaire]

2. C’est quoi une bonne utilisation de la crème solaire (maison ou non) ?

J’encourage l’utilisation d’une crème solaire à base d’oxyde de zinc non nano (c’est à dire, sans nanoparticules). Je ne te parlerai donc pas ici des autres types de filtres UV 🙅🏻‍♀️.

Écotoxicité de l’oxyde de zinc non nano.

Même si l’oxyde de zinc n’est pas reconnu comme nocif pour les coraux, je n’ai pas vraiment trouvé au cours de mes recherches de quoi me rassurer quand à l’utilisation de l’oxyde de zinc pour les écosystèmes 😫. Il est, rappelons-nous, considéré très toxique pour les milieux aquatiques et néfaste sur le long terme…

Donc, à mes yeux, l’oxyde de zinc, même non nano, peut potentiellement avoir des effets toxiques pour l’environnement. Il est alors urgent et (éco)responsable de reconnaître que l’on ne maîtrise finalement pas du tout l’impact de notre consommation de crème solaire, maison ou pas. Nous pourrons, ensuite commencer à utiliser ce type de protection solaire de façon plus raisonnée.

[Retour au sommaire]

Comment se protéger autrement des rayons du soleil ?

Une exposition au soleil modérée.

Dans un premier temps, il est important, autant que possible, de ne pas s’exposer aux rayons du soleil aux heures les plus critiques et dangereuses de la journée : entre 11h et 16h.

Ensuite, faire le lézard sur la plage au soleil n’est vraiment pas une bonne idée 😕. Pour se protéger du soleil de façon la plus naturelle possible, mieux vaut simplement rester à l’ombre 😎! Les parasols et les tentes UV sont indispensables en sorties 😜.

Porter des vêtements et un chapeau.

Pour limiter son utilisation de crème solaire, quelle soit faite maison ou pas, il convient de se couvrir avec des vêtements 👘. Je te conseille des matières naturelles comme la laine, le coton ou le lin, bien que les matières synthétiques, plus denses, protègent mieux du soleil. Les vêtements de couleurs sombres nous offrent une meilleure protection contre les UV que ceux en couleurs claires. Porter un chapeau fournit de l’ombre à notre visage.

La crème solaire ne sera alors appliquée que sur les surfaces non couvertes, si besoin (exposition longue et/ou aux heures critiques de la journée). En effet, une exposition au soleil sans protection, en dehors des heures critiques et avec modération, est super bénéfique pour nous. Cela nous permet de faire le plein de vitamine D ! Notre corps produit cette vitamine via les UVB, donc si tu la bloques systématiquement, tu te prives de cette vitamine essentielle 😧.

Photo by Xu Duo on Unsplash

[Retour au sommaire]

Point sur les FPS (facteurs de protection solaire).

Se protéger du soleil, c’est éviter aux rayonnements UV (les UVA et les UVB) de pénétrer notre organisme via la peau. Ça tombe bien 😉, l’oxyde de zinc non nano est une excellent barrière contres les UVB mais aussi contre les UVA.

Par contre, du fait de la toute petite taille des particules, l’oxyde de zinc nano perd énormément d’efficacité contre les UVA. Il est alors demandé aux fabricants de veiller à trouver un équilibre entre oxyde de zinc nano et non nano pour garantir une protection adéquate contre les UVA. Pour info, le dioxyde de titane ne protège pas aussi bien des UVA que l’oxyde de zinc non nano, et les filtres chimiques ont chacun leurs particularités propres d’absorption des UVA et des UVB. Les fabricants jouent alors sur les formules pour assurer une protection complète UVA-UVB de leurs produits.

L’indice FPS est un indicateur pour nous informer de la capacité de protection d’une crème solaire. Un FPS de 15 va nous protéger contre 93 % des UVB. Il est recommandé d’utiliser une crème solaire possédant un indice FPS entre 15 et 50 : 15 pour une exposition courte et 30+ pour une longue.

Ce nombre représente également le rapport entre le temps requis pour que les rayons ultraviolets produisent un coup de soleil avec et sans écran solaire. Ainsi, un FPS de 30 indique qu’on peut, en théorie, s’exposer au soleil 30 fois plus longtemps sans avoir de coup de soleil.

[Retour au sommaire]

3. Recette de la crème solaire maison pour toute la famille.

Avant propos.

Bien entendu, il est nécessaire de faire des tests sur ta peau 24h à 48h avant l’exposition en appliquant un peu de baume pour voir comment ta peau réagit 👍🏻.

Un baume, sans conservateur mais longue conservation.

Cette « crème » solaire est en fait un baume. Ça permet de pouvoir assurer sa longue conservation sans conservateurs (même par temps (très) chaud et utilisation avec des mains pas toujours très propres). En effet, les conservateurs « naturels » ont leurs limites dans leurs capacités de conservation (ils sont moins efficaces que les conservateurs de synthèse en général…). Dans une crème solaire maison, leur utilisation ne me parait pas adapté pour assurer la stabilité et l’innocuité de la crème au vue des conditions d’utilisations. Puis, je préfère ne pas les utiliser quand je peux m’en passer 😉.

Une texture à dompter.

Nous avons vu que l’utilisation de l’oxyde de zinc non nano est la solution pour un filtre UV à large spectre (protection UVA et UVB) la plus adaptée pour nous 👫 mais aussi pour l’environnement 🐳. Cependant, ce filtre donne une texture à la « crème » qui n’est pas toujours appréciée, et laisse des traces blanches sur la peau (c’est la fameuse barrière physique qui bloquent les UV, tu te souviens ?). Sa texture peut demander à certain.es d’entre nous de s’adapter et d’accepter que notre confort soit un petit peu diminué au profit de sa santé et de la planète 😇. Et heureusement pour nous, nous sommes des êtres plein d’inventivité et de créativité 😂.

À gauche : après avoir appliqué du baume solaire –> peau très légèrement blanchie
À droite : peau à nue 😉

Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia

La réglementation européenne respectée.

Ma crème solaire maison contient moins que le maximum d’oxyde de zinc autorisé dans les formulations cosmétiques. Tu peux décider d’en mettre moins si tu le souhaites (ton FPS diminuera alors, et la texture va aussi changer), mais je te déconseille d’en ajouter !! Le FPS obtenu par ma formule est entre 20 et 30. Je l’ai estimé à environ 25. Bien sûr, ce n’est qu’une estimation, car pour savoir exactement il faudrait faire une batterie de test en labo 😃. Le baume protège donc d’un peu plus de 95% des rayons. Avant de la poster sur le blog, je l’ai testée avec succès (enfin nous : mon homme 👨🏻, mes enfants 👶🏻🧒🏻 et moi 👩🏻) à la belle saison l’an dernier pour valider son efficacité et optimiser la formule 💛. Ce baume tient ces promesses et nous n’avons eu aucun coup de soleil 🥳.

[Retour au sommaire]

Trucs et astuces pour une utilisation facilitée.

Un nouveau réflexe à avoir.

Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia

En été, je prends soin de toujours avoir avec moi quelques débarbouillettes lavables, un sachet imperméable, une bouteille d’eau et un petit morceau de savon SAF ou de marseille.

Cela me permet de pouvoir, en toute circonstance essuyer mes mains et/ou les laver. Le savon, naturel, est utilisable sans danger dans un cours d’eau ou un lac. En milieu naturel, j’essuie le maximum d’oxyde de zinc dans le tissu avant de me laver les mains, pour limiter au maximum la quantité d’oxyde de zinc dans l’eau.

Palier à l’effet collant à la plage.

A la plage, le sable va coller énormément sur la peau 🙄. Une petite serviette me permet alors de « taper » le sable et d’en enlever le maximum. Puis j’enlève le maximum de crème solaire avec la serviette (il suffit de la passer sur ton corps en la frottant délicatement, comme pour te sécher !). Si je peux, je fais passer tout le monde à la douche 🚿 avant de rentrer. Une autre possibilité est de se rincer dans la mer, si besoin en utilisant un tout petit peu de savon (SAF ou de Marseille toujours) pour enlever le plus gros.

S’organiser pour optimiser son temps et son énergie.

Texture du baume solaire conservé au frigo 11 mois après sa fabrication.
La texture est toute lisse, le baume n’a pas bougé et ne sent pas le rance.
Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia

Au vu de sa longue conservation, je fais une quantité importante de crème. Ça me permet ensuite de la répartir dans des petits pots pour en avoir toujours avec nous (sac à main, sac à dos des enfants…). J’en mets aussi dans un pot de 30 ml recyclé 😉 pour transporter en pique nique, au lac ou à la plage 🏝. Je conserve le reste de la crème dans le frigo pour augmenter sa durée de conservation, et j’en donne volontiers à mon entourage pour les faire tester 😍.

Le même baume solaire, qui a passé quelques temps hors du frigo, soumis aux températures estivales. À la fin de l’été, je l’ai conservé au frigo.
Résultat : La texture a changé, elle est devenue granuleuse. Le baume ne sent pas le rance.
Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia

Une application généreuse et régulière.

Il est nécessaire, au court des expositions longues, d’appliquer régulièrement cette crème afin d’en garantir l’efficacité (j’en remets toutes les 2h environ).

Aussi, n’hésites pas à adapter la quantité en fonction de la zone de ton corps et du type d’exposition.

Voilà ce qu’on appelle une application généreuse de la crème solaire, lui garantissant son efficacité 😁.

Photo by Zaw Lin Phyoe on Unsplash

[Retour au sommaire]

Zou, après toutes ces informations hyper importantes, enfin la recette !

Crème (baume) solaire maison naturelle, FPS 20+.

Attention ⚠️ : Le CSSC de l’union européenne (le comité scientifique pour la sécurité des consommateurs) « a confirmé que l’utilisation de l’oxyde de zinc sous forme non nano dans les produits cosmétiques était sûre jusqu’à une concentration maximale de 25 % ». Pour des raisons de sécurité, j’ai choisi de me baser sur une concentration de 20 %. En effet, il n’est pas évident d’assurer à la maison la précisions des pesées. Je te déconseille vivement de procéder à la modification de ma recette ⛔️, qui pourrait t’amener à dépasser la concentration maximale préconisée pour ta sécurité ainsi qu’affecter la texture finale du produit.

Les ingrédients.

Je te propose ici 3 versions du baume solaire. Ainsi, tu peux choisir entre 3 textures différentes en fonction de tes préférences.

Tout à gauche : la dense.
Au milieu : l’onctueuse.
À droite: la fondante.
Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia

Pour faire ton baume solaire (~50 g), tu auras besoin de :

Version 1 : la dense.
  • cire d’abeille (ou alternative vegan) : 7 g ;
  • beurre de karité : 16 g ;
  • huile de coco : 16 g ;
  • poudre oxyde de zinc non nano (sans nanoparticules) : 10 g ;
  • vitamine E (pour ralentir le rancissement des huiles et allonger la durée de vie du baume) : 2 g .
Version 2 : l’onctueuse.
  • cire d’abeille (ou alternative vegan) : 5 g ;
  • beurre de karité : 16 g ;
  • huile de coco : 18 g ;
  • poudre oxyde de zinc non nano (sans nanoparticules) : 10 g ;
  • vitamine E (pour ralentir le rancissement des huiles et allonger la durée de vie du baume) : 2 g .
Version 3 : la fondante.
  • cire d’abeille (ou alternative vegan) : 4 g ;
  • beurre de karité : 15 g ;
  • huile de coco : 20 g ;
  • poudre oxyde de zinc non nano (sans nanoparticules) : 10 g ;
  • vitamine E (pour ralentir le rancissement des huiles et allonger la durée de vie du baume) : 2 g .
Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia

Le matériel.

  • Un pot de 200 ml bien propre et sec. Si tu le souhaites (ce n’est pas indispensable), tu peux le stériliser en le faisant bouillir 10 minutes dans l’eau ou en le nettoyant avec de l’alcool à 70º.
  • des bols, cuillers…
  • des équipements de sécurité (recommandés, spécialement un masque anti-poussières pour la manipulation de l’oxyde de zinc) ;
  • Un petit batteur pour cosmétique, un petit fouet manuel. Pour les plus grandes quantités : un mixeur plongeant ou un fouet électrique de cuisine.

La procédure de fabrication (c’est facile et rapide 😉).

Préliminaires…

Prépare ton plan de travail : il doit être bien propre et rangé, et tous le matériel dont tu as besoin doit être à ta disposition, propre et sec.

Pèse tous les ingrédients. Pour une meilleure organisation, je pèse d’abord la cire d’abeille directement dans le pot/bol destiné à aller au bain marie (voir ci-dessous la suite des étapes).

Pendant que la cire d’abeille fond, je pèse les huiles végétales dans un nouveau bol et l’oxyde de zinc dans un autre.

L’oxyde de zinc, pesé.
Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia
…Faire fondre la cire d’abeille…

Au bain marie, fais fondre la cire d’abeille.

Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia
…Au tour des huiles végétales…

Une fois fondu, ajoute le beurre de karité et l’huile de coco.

Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia
…Ajouter les 2 ingrédients restants et mélange.

Quand tout a fondu, retire du bain-marie et ajoute la vitamine E (en la pesant directement dans ta préparation), puis l’oxyde de zinc. Fouette quelques minutes jusqu’à ce que tout soit homogène. Transvase ta préparation dans le pot et laisse la refroidir. Le baume est prêt lorsqu’il s’est solidifié (ça peut prendre de quelques heures jusqu’à 24h 😉).

La cire d’abeille et les huiles ont fondu, la vitamine E a été ajoutée. Il ne manque plus que l’oxyde de zinc !
Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia
Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia

Astuce : Il est possible de faire directement ton baume dans le pot en verre (comme moi sur les photos). Tu auras alors moins de vaisselle et de transvasement à faire 😉.

[Retour au sommaire]

Conservation de la crème solaire maison.

Le baume se conserve au minimum 3 mois jusqu’à 1,5 ans (voire plus 😀). Ça va dépendre de la date de conservation des huiles utilisées et de son mode de conservation (plus elle passe de temps au frais ❄️, plus elle se conservera longtemps).

Pour le conserver longtemps, il est crucial de ne pas le mettre en contact avec de l’eau ou l’humidité. Dans un pot hermétique, aucun soucis normalement. Tu le sentiras si les huiles ont ranci, l’odeur du rance est inratable ! En cas de doute, n’hésite pas à venir me demander mon avis 🤓👩🏻‍🔬.

Si, après une longue conservation dans le frigo ❄️, la texture du baume a changé (mais que ça ne sent pas le rance et que tu ne vois rien d’autre d’alarmant), il te suffit simplement de repasser ton baume au bain marie pour le faire fondre et de le fouetter pour l’homogénéiser à nouveau 👍🏻.

[Retour au sommaire]


4. Conclusions.

J’espère sincèrement que ce dossier, couplé avec l’article de la semaine dernière sur l’oxyde de zinc, aura pu t’aider et t’éclairer 💡 pour le choix en terme de protections solaires. Si tu as des questions, pose-les moi dans la section des commentaires ci dessous pour que tout le monde puisse en profiter.

Comme tu as dû le constater, cette version du baume solaire est fait avec des huiles exotiques. Est-ce que tu serais intéressée pour que je développe une formule plus locale ? Si c’est le cas, dis le moi haut et fort ici, sur Instagram ou par email 😉 Merci 😊.

Prends bien soin de toi,
À tout bientôt,

Source complémentaire :

Laura Daragnes. Les nanoparticules de dioxyde de titane, leur place dans l’industrie cosmétique et ses dangers. Sciences pharmaceutiques. 2018. dumas-01906388

Participer à la discussion en commentaire 4 Commentaires

  • Lee dit :

    J’ai ENFIN pris le temps de lire ton dossier! C’est super intéressant 😀 Merci!! J’ai hâte de tester la recette…. il ne me reste plus qu’à trouver les ingrédients!
    Est-ce que si je n’ai pas de batteur pour cosmétique un petit fouet fera l’affaire? Ou il faut vraiment quelque chose d’électrique pour que la consistance soit bien? (sinon faut que j’investisse… si tu as une idée d’où ça se trouve.. 😀 ) A tout bientôt!

    • Coralie dit :

      Coucou,
      Merci 💛 Je suis contente que le dossier t’ait plu, et j’espère que la recette te plaira aussi 😉
      Un fouet de cuisine si tu as peu aussi convenir (si il peut gérer les petites quantités), ou un mixeur plongeant 😉. Sinon tu peux battre à la main, ça mettra jute un peu plus de temps et ça fait chauffer les muscles 😂 La consistance ne devrait pas vraiment être différente, il faut simplement bien t’assurer que tu arrives à homogénéiser ton mélange. L’oxide de zinc doit être bien réparti quand la crème va prendre et refroidir.
      Bisous, à tout bientôt 😘

  • Agathe dit :

    Coucou Coralie, donc pour une peau comme la mienne de rousse et peau de bb de Cassie ta recette en indice 30 serait suffisante ? Où trouver tu la vitamine E et la cire d’abeille , et pour avoir juste la quantité dont on a besoin? Merci !! Je suis intéressée par une recette plus « locale » comme tu dis 😆

    • Coralie dit :

      Coucou Agathe,

      Oui, c’est suffisant ! Comme tu le voies avec le tableau des indices de protection, la différence entre 30 et 50+ est très minime. Une crème avec un FPS de 30, bien utilisée, protège très bien 😊

      En tout cas sur Manoé avec sa peau de bébé aucun soucis. Mais je suis très vigilante quand à son exposition au soleil, et les enfants portent leurs tee-shirts anti-UV dès qu’ils sont au soleil (au bord de l’eau comme autour de la maison ou à un festival en plein été) 😛 Pour Manoé, c’est tee-shirt manche longue et petit col… bien couvrant, donc… Amélio à un manche courte maintenant 😌 En tout cas, la crème solaire vient en complément et pas en protection principale. Et l’application généreuse et régulière est inévitable 😉 A adapter en fonction de la longueur de l’exposition et de vos sensibilités ☀️

      La vitamine E (tocophérol), tu peux la trouver en pharmacie. Elle sera alors en gélules transparente, que tu peux percer et presser pour récupérer la vitamine E. Et la cire d’abeille, chez un apiculteur 😉. Dis lui bien que c’est pour faire des cosmétiques et que tu as besoin de la meilleure qualité de cire (la cire d’opercule si je me souviens bien). Normalement il te la vend au kilo 😉.

      Si tu veux tester la crème avant de la faire, tu peux venir en chercher un peu dans mon frigo 😇.

Réagir à l'article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.