Temps de lecture : ~ 5 minutes

Avoir un dressing minimaliste sans se sentir frustrée est possible 🧚🏻‍♀️. Je te le recommande tout particulièrement si tu as le sentiment de manquer de temps, car ton quotidien en sera allégé et simplifié. Tu gagneras ainsi quelques précieuses heures de temps sur ta semaine 😊.

En faisant mes recherches, je me suis rendue compte qu’il y a déjà énormément d’articles sur le web sur ce sujet là. On y trouve des méthodes, des défis… On y parle nombres de pièces, dressing capsule, carton oublié… Il y a aussi de très bons articles complets sur la consommation éco-responsable et éthique de la mode. Alors, par soucis d’écologie et de minimalisme, j’ai souhaité traiter cet article sous un autre angle. Simplement avec le coeur 💛.

J’ai donc choisi de l’aborder en partageant avec toi ma vision et mon expérience du dressing minimaliste, ce que ça m’apporte et comment je fonctionne aujourd’hui. J’aime tellement m’inspirer des autres, surtout sur de tels sujets, que j’espère avec cet article t’inspirer à mon tour afin que tu puisses trouver TON chemin vers un dressing minimaliste qui TE correspond 🙂.

Une approche intuitive du dressing minimaliste.

Un dressing minimaliste à ma façon.

Le dressing minimaliste est pour moi la solution qui correspond le mieux à ma manière de voir et de vivre ma vie. Il me permet de pouvoir consommer de façon raisonnée, éthique et responsable. A mes yeux, un dressing minimaliste ne se résume pas du tout à une course pour avoir le moins possible 🙅🏻‍♀️. C’est avant tout une recherche d’équilibre pour se sentir bien avec soi et son environnement, tout simplement 😊.

J’ai toujours gardé beaucoup de choses dans le passé. J’étais très soigneuse et mes affaires s’abimaient très peu. Puis j’étais une grande adepte du « au cas où » 😅. Tu sais, cette petite phrase assassine à toute personne qui veut faire du tri :

« Ça, je le garde au cas où {au cas où quoi, au fait ?} ».

Moi, il y a 10 ans 😆

Du coup, c’était bien beau de faire entrer de nouveaux vêtements dans mon armoire sans jamais en faire sortir… Mais je commençais à sérieusement en avoir beaucoup trop 🙈. Alors, j’en laissais chez mes parents pour ne pas être encombrée chez moi 🙊🤭. C’est une solution qui, évidemment, n’a pas pu durer très longtemps 😂.

Puis un beau jour, j’ai quand même réalisé 💡 que j’avais le syndrome de « je n’ai rien à me mettre » face à une penderie pleine à craquer. Plus rien ne me faisait envie et je me trouvais moche dans tout ce que j’avais 😔. Je mettais longtemps à ranger et à chercher mes vêtements, j’en oubliais certains et d’autres étaient introuvables… Ça a alors vraiment commencé à m’agacer 😠.

Finalement, je n’avais plus de plaisir et une piètre image de moi.

C’est là que le dressing minimaliste est entré peu à peu dans ma vie 🚪. À l’époque, je n’avais aucune idée des dessous de la production de vêtements. Je ne me posais pas vraiment la question non plus. Par contre, je me posais beaucoup de questions sur le style et l’image de soi. Je désirais apprendre à mieux associer mes vêtements. Je souhaitais savoir comment mieux les choisir pour me mettre en valeur et refléter mon identité. Puis je désirais aussi gagner suffisamment en confiance pour pouvoir laisser ma créativité s’exprimer avec mon style 👩🏻‍🎨. En parallèle, mon beau Chéri commençait à vraiment me pousser à me séparer de mes (très 😅) vieux vêtements. Je pense qu’il ne m’y retrouvais pas non plus…

Puis un jour, pour mon anniversaire, il m’a offert le livre « L’art de la simplicité » de Dominique Loreau .

Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia.

Ça a vraiment été LE déclic pour moi car je me suis totalement retrouvée dans son approche. J’ai été très touchée par son discours sur le beau et la qualité. Ensuite j’ai lu, bien plus tard, « La magie du rangement » de Marie Kondo. Ce livre m’a beaucoup aidée à arriver à me séparer de pièces auxquelles j’étais émotionnellement attachée. J’ai ainsi pu travailler un peu plus en profondeur sur le fameux « au cas où » 👍🏻.

Concrètement, ce qui a le plus changé pour moi, c’est le sentiment de légèreté dans mon quotidien.

Bien évidemment que ce sentiment n’est pas seulement venu de mon dressing en mutation. D’autres choses s’enclenchaient aussi naturellement dans ma vie et dans mon quotidien contribuant à plus de légèreté. Mais, quelque part, c’est comme si la lecture de « L’art de la simplicité » m’avait aidé à mettre en lumière une part de moi et à me réconcilier avec elle 🖤. Forte de mes nouvelles connaissances acquises en style et en image de soi, j’avais alors changé mon regard devant mon dressing.

Je savais que ce serait un travail sur le long terme. Je ne pouvais pas tout changer d’un coup, d’un claquement de doigt. Il me fallait être patiente ☺️. Du coup, j’ai graduellement fait du tri. Les sentiments de frustration ont alors laissé place à plus de légèreté et de sérénité 😍. C’est là que mes achats ont commencé à se faire bien plus réfléchis et plus construits. Je me suis donc de plus en plus informée. Ma façon de consommer la mode a ensuite vraiment évoluée vers ce que l’on appelle maintenant la « slow fashion » 🐌.

Une consommation éco-responsable et éthique de vêtements.

Fast fashion et slow fashion.

La fast fashion, c’est la sur-consommation de la mode. Cette mode qui, par son changement très rapide, nous incite et nous tente à consommer toujours plus de vêtements. Dans une approche de sur-consommation, tout est bon pour faire baisser les coûts et augmenter les profits. Bien évidemment, cela a un coût environnemental et social que l’on ne peut plus ignorer.

La slow fashion, c’est en quelque sorte une réponse à la fast fashion. C’est une consommation de la mode non plus éphémère mais durable, plus responsable et beaucoup plus réfléchie.

Pour aller beaucoup plus loin sur ce point, je t’invite à aller lire l’excellent article d’Anaëlle du blog « la révolution des tortues » sur la mode éco-responsable. Tu y trouveras même un annuaire très pratique de marques éthiques et abordables 🤩.

Si tu ne payes pas le juste prix, c’est quelqu’un d’autre qui paiera pour toi. Toujours.

Récemment, c’est cette réalisation qui m’a vraiment faite basculer vers un autre mode de consommation, coûte que coûte. Je ne peux plus aller acheter des vêtements dans les enseignes classiques de la mode aux prix carrément indécents et irréalistes 🤯. Si je me sens coincée et que je n’ai pas le choix, je le fais la boule au ventre ☹️. Ça m’est insupportable car je sais qu’à l’autre bout de la planète, il y a un être humain, très souvent une femme ou un enfant, qui a payé le prix que je ne suis pas prête à payer à ce moment là 😥.

Cette personne n’a pas eue « la chance » d’être née du bon côté de la planète. Elle trime toute la journée dans des conditions de travail intolérables et parfois dangereuses pour sa santé. Elle est payée un salaire de misère, afin que moi je puisse me payer un tee-shirt à cinq euros. Mon confort et les quelques économies que je fais ne peuvent plus justifier ça à mes yeux. Je trouve donc autant que possible des façons de faire autrement. Le dressing minimaliste s’est alors avéré être une très bonne solution pour m’y aider 👍🏻.

Mon fonctionnement est intuitif, basé sur la joie, la simplicité et la praticité.

Écouter son coeur.

Mon dressing minimaliste, il s’est construit et évolue de façon très intuitive. Je ne suis aucune règle sauf celles que me dictent mon coeur ❤️:

  • Joie : je souhaite m’entourer d’objets qui m’apportent de la joie, contribuent à mon bonheur et m’allègent 🎈.
  • Simplicité : je souhaite pouvoir m’habiller facilement, associer les pièces ensemble sans me prendre la tête et avoir assez de flexibilité pour que ma créativité et mon identité puissent s’exprimer 👩🏻‍🎨.
  • Praticité : choisir, entretenir, ranger et chercher mes affaires sont des actions qui doivent me prendre le moins de temps possible ⏱. La fluidité et la praticité m’aident à me sentir bien dans mon environnement et avec les choses qui m’entourent (un peu comme les Sims, si toi aussi tu y jouais 🤣).

Aujourd’hui, voici comment se traduisent ces règles pour moi :

  • Mon rapport à la mode : j’en suis très détachée. Ce qui m’importe, c’est de posséder des pièces qui me mettent en valeur, dans lesquelles je me sente bien, et que je vais pouvoir porter au fil des années.
  • Je ne garde que ce qui me va, que je porte et qui m’apporte de la joie . Quand ce n’est plus le cas, il est alors temps de m’en séparer ou de remanier la pièce en question pour lui donner une seconde vie #zerodechet 😉.
  • Je loue quand je peux (comme des pièces pour des occasions spéciales) et j’achète seconde main dès que possible. Pour les pièces neuves, j’achète chez des marques éthiques, voire même si possible directement auprès de couturières très talentueuses travaillant avec des tissus respectueux de l’environnement 🌳.
  • Un vêtement peu être porté plusieurs jours sans être sale. Nous avons chacun une boîte de vêtements déjà portés mais pas encore sales, ce qui nous permet d’alterner les vêtements et de ne pas porter tous les jours la même chose. Je lave les vêtements en conscience, quand ils en ont vraiment besoin. C’est mieux pour mes vêtements, pour l’environnement 🌏 et ça me fait gagner beaucoup de temps 👍🏻.
  • Pour les enfants, j’ai une liste , inspirée de Bea Jonhson et adaptée à notre petite famille. C’est pour moi une base, que notre expérience fait constamment évoluer.
J’ai mis la liste dans une pochette plastique, et à chaque « âge » je fais l’inventaire des vêtements que j’ai avec un feutre effaçable. Je la prends en photo, et hop, j’efface ! Je dresse ensuite la liste des pièces manquantes. Avec cette liste, je peux me rendre aisément dans des friperies, brocantes, etc. Ce que je ne trouve pas autour de chez moi, je le chine ensuite sur Vinted (je n’ai par ailleurs aucune affiliation à cette boutique 😉).

Photo @CoralieSelin, Savonnerie Kesia

Pour conclure, avoir un dressing minimaliste est ce qui me correspond le plus et dans lequel je me retrouve le mieux 🤩.

J’ai encore du chemin à faire, notamment sur le fait de parfois garder des choses « au cas où » 🙈. Je ressens aussi le besoin d’explorer et de jouer pour trouver mon style et libérer ma créativité 👩🏻‍🎨. Il me faudra, en outre, encore un peu de temps pour arriver à apporter plus de cohérence dans mon dressing pour que chaque pièce puisse s’associer les unes aux autres 😊. Et maintenant que tu sais pourquoi et comment j’en suis arrivée à avoir un dressing minimaliste, tu peux découvrir dans mon article «  Le climat, Kesia et moi  » un petit bout de mon histoire et mon envie de vivre mieux avec moins.

Et toi, tu te sens comment avec tes vêtements ? Ton armoire/dressing/penderie ressemble à quoi ?

Prends bien soin de toi,
À tout bientôt,

Participer à la discussion en commentaire 5 Commentaires

  • anaïs dit :

    Bel article..encore des pistes à explorer ! Pourrais-tu me dire où est-ce que tu loues tes vêtements quand tu le fais. Merci ! Bises !

    • Coralie dit :

      Merci Anaïs 💛
      J’ai loué mes vêtements de grossesse chez « Tale Me« . J’ai aussi loué chez eux pendant quelque temps des vêtements pour les enfants.
      Les vêtements de soirée, j’en ai loué chez « Les Cachotières » à 3 reprises. J’ai été enchanté les 2 premières fois, et la 3ème fois par contre ça a été un fiasco 🙈.
      Bises 😗

  • Émilie dit :

    Bonjour ! Fan de vinted également. Cela permet de revendre les vêtements de mon coco trop petits et d’en racheter d’autres au même prix, donc 0! Et pour moi d’acheter des marques durables beaucoup moins cher. Merci pour cet article !

    • Coralie dit :

      Bonjour Émilie,
      Je t’en prie ☺️
      Oui pour les enfants Vinted c’est vraiment un bon plan ! Nous on cherche d’abord dans les vides greniers et la ressourcerie ce dont on a besoin (ça évite les frais de port), et si on ne trouve pas notre bonheur on trouve toujours sur Vinted 😊
      Belle soirée et merci pour ton petit mot 💛

Réagir à l'article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.